Demain commence hier ou Le fantôme de Mériadeck - 2019

_

« l’avenir, ce fantôme aux mains vides »

Victor Hugo

 

Mériadeck est une superposition de fantômes par le nom volé. Il faut commencer par rêver. Puis le monde, le béton, le demain d’avant-hier se présenteront devant nous, à la fois présents et déjà morts, comme un rêve au matin, comme l’avenir. Le monde est grand comme une maquette, qui est la plus belle chose. Si nous vivions dans une maquette la vie serait belle et douce et luisante comme un livret de présentation immobilière, les frondaisons auraient la perfection sphérique des boules de polystyrènes, peintes au gré des saisons, d’un orange rougeoyant, d’un vert profond. Dans la maquette les choses sont enfin ce qu’elles sont véritablement : des idées. Cette cochonceté de réel ne vient pas salir l’élégance de la croix, la finesse des parements, l’idéal de l’avenir. Raconter une histoire, transmettre un conte, dire qu’à ce moment l’idée du monde était celle-ci ; il y aurait des terrasses, il y aurait des croix, des doubles croix et des étrécissements au niveau de la dalle qu’on appellerait « taille de guêpe » et qui donnerait à ce torrent de béton granulé une sensualité champêtre. il y a des fantômes partout. "

Extrait du texte de Pierre Coutelle, édition Le bec en l'air, "D'ici ça ne parait pas si loin", Marseille, 2020.

 © 2020 Sébastien Sindeu tous droits reservés.

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Vimeo Icon

Sébastien Sindeu

Photographe