La dernière marche pygmée Projets personnels |

Dans la province Orientale de la République Démocratique du Congo, on dénombre quelques 70 000 Pygmées qui peu à peu quittent la forêt pour se sédentariser. Ce phénomène, observé depuis quelques années, est accéléré par l’instabilité chronique de cette zone qui connaît depuis 1998 de nombreux combats et dont le peuple pygmée est directement victime.

 

lire la suite

Déjà considérés par la grande majorité de leurs voisins bantous comme des sous-hommes, ils sont attaqués par les rebelles au cœur de la forêt ou, dans le meilleur des cas, servent de pistard ou de larbin. Un programme d’aide aux pygmées (PAP) tente, avec des moyens souvent dérisoires, d’accompagner ce phénomène et d’assurer le lien entre Pygmées et Bantous. La sédentarisation, si elle permet un meilleur accès aux soins, à l’éducation, engendre aussi un phénomène d’acculturation. Les Pygmées rompent alors peu à peu avec leur mode de vie traditionnel, nomade, basé sur la chasse, la pêche et la cueillette.