Nourrir la ville Mardi 03 janvier, 2012

Nourrir la ville

Le rapport à l’alimentation a connu en moins de cinquante ans une profonde mutation. L’agriculture est devenue industrielle, mais aussi, désormais, biologique, raisonnée et même, dit-on, de nouveau paysanne.

lire la suite

 Avec autant de labels et d’AOC. Dans le même temps, le besoin de qualité et de proximité est devenu de plus en plus pressant, jusqu’à représenter aujourd’hui un véritable enjeu public. Le projet « Nourrir la ville » propose une réflexion autour de cette problématique, en interrogeant des professionnels, qui ont misé sur une alimentation de qualité, sur trois grands axes : la production, la diffusion et la transformation. Ce Web-doc s’intéresse ainsi autant à la dimension affective du produit – le rapport au goût, à un terroir, au travail – qu’aux dimensions économiques et sanitaires, pour poser une question essentielle : nourrir la ville oui, mais comment ?

Le projet « Nourrir la ville » propose un dialogue entre le monde agricole et le territoire urbain, et entre des professionnels qui ont fait le choix de privilégier qualité et proximité, respect du produit et de son consommateur, prise en compte des saisons et de la nature. L’objectif est de contribuer à une réflexion devenue essentielle aujourd’hui : Est-il possible de nourrir la ville autrement ?

Dans un monde aussi urbanisé que le nôtre et en si forte croissance démographique, la problématique de la subsistance est majeure, mais la question alimentaire ne peut non plus se réduire à cela : dans nos sociétés, on se nourrit aujourd’hui autant par besoin que par plaisir gustatif ou avec le souci de sa santé. La dimension culturelle est également essentielle ; le récent classement de la gastronomie française au patrimoine mondiale de l’Unesco est là pour en témoigner.

Construit autour de portraits et d’entretiens avec des agriculteurs, restaurateurs et autres acteurs du monde de l’alimentation, ce Web-doc suit le chemin de l’aliment, du producteur (avec quatre secteurs emblématiques : la viande, le lait, les fruits et légumes et le pain), au distributeur (via des circuits de distributions innovants : Amap, circuits courts, transport fluvial…), jusqu’au transformateur (restaurateurs, aussi bien en gastronomie que dans des cantines d’entreprise ou scolaires).