Détroit du Pas de Calais Lundi 15 août, 2011

Minéralier en direction du port de Dunkerque

Détroit du Pas de Calais : n.m. Détroit reliant la Manche à la Mer du Nord, entre la France et la Grande-Bretagne. Un tunnel ferroviaire accessible aux voitures et aux poids-lourds a été mis en service en 1994, entre Calais et Douvres. (d’après Le Petit Robert).

Avec 500 à 600 navires par jour, représentant près d’un quart du trafic maritime mondial, le Pas de Calais, ou Strait of Dover, comme l’appelle les Anglais, est le détroit plus fréquenté au monde.2 Le dynamisme des ports de Douvres et de Calais, respectivement premier et deuxième ports de passagers en Europe, l’intensité du trafic, le foisonnement et la diversité des activités maritimes font de cette autoroute de la mer une zone de navigation unique, et hors norme. Et ces échanges ne cessent de croître. Anticipant les besoins du futur, plusieurs projets sont en cours, tels que la création d’un nouveau port à Calais ou d’un « Hub Port » à Boulogne.

 

Minéralier en direction du port de Dunkerque

Deux lignes de trafics se croisent dans le détroit. Dans le sens longitudinal passe l’essentiel du tonnage pour et vers les ports de la mer du Nord en provenance et à destination de l’Atlantique, selon deux rails (montant et descendant) ; Dans le sens transversal, un grand nombre de ferries et d’aéroglisseurs relient Boulogne, Calais, Dunkerque et Ostende d’une part, Ramsgate, Douvres et Folkestone d’autre part.

 

Passager en attente au port de Douvres.

125 navires par jour aussi bien dans le rail montant que dans le descendant, dont près d’un quart transportant des matières dangereuses (pétroliers, chimiquiers et méthaniers), une centaine de transbordeurs par jour entre la France, la Belgique et l’Angleterre, sans compter les navires de pêches et les plaisanciers, la mission des hommes et des femmes du Maritime Rescue and Co-ordination Center de Douvres (MRCC) et du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage de Gris Nez (CROSS) est souvent proche de l’exercice de funambulisme. D’autant que la navigation est encore compliquée par des vents violents, des courants importants, ainsi que par l’existence de dunes de sable mobiles.

1 Le Pas-de-Calais se dispute la tête de ce classement avec le détroit de Malacca, en Indonésie et le détroit de Gibraltar. Ces derniers ne possédant pas de centre de contrôle en capacité de donner des statistiques exactes, une comparaison précise est impossible.

Pour en savoir plus :

Jean Claude Lasserre, « Le Pas-de-Calais et le détroit de Gibraltar Quels enjeux géopolitiques ? », Revue Etudes Internationales, volume 34, n°2, juin 2003, p.195-212.

Patrick Picquet et Jean Pierre Renard, « Les détroits : de nouveaux territoires ? L’exemple du détroit du Pas-de-Calais », Mappemonde, n°65, Maison de la Géographie de Montpellier, 2002.

Nathalie Bureau du Colombier et Paul Tourret, « Le Détroit du Pas-de-Calais », publication de l’ISEMAR, note de synhtèse n°115, Nantes-Saint Nazaire, mai 2009.

L’Atlas transmanche de l’université de Caen

Frédéric Lasserre, « Les détroits maritimes. Reflexion sur des enjeux stratégiques majeurs », Cahiers de Géographie du Québec, Volume 48, n°135, décembre 2004, p.279-286.